Partagez|
MessageSujet: La violence des paroles du fantôme. [Feat. Doll] Ven 8 Avr - 20:57
Ran Ambre
La violence des paroles du fantôme.


Feat. Doll



Il était temps de prendre un peu de repos. Un peu, enfin, si on peut appeler cela ainsi. Marcher dans Viridis, par exemple. Et être amenée, par n'importe quels moyens, devant un des endroits lugubres de ce monde; les ruelles les plus sombres. Trembler sous les regards des gens, voilà ce qui était arrivé, advenu, dans une fin de journée, une fin de journée calme, froide surtout, où le vent faisait trembler certains de ses membres.
La jeune Ran marchait d'un pas calme dans les ruelles, habituellement sombres, elles l'étaient moins, et elle ne saurait dire pourquoi. Les rues n'étaient pas remplies, enfin, ce n'était que le début de la fin de journée, et notre albinos s'était aventurée par-ci par-là, en dehors du pensionnat. Les cheveux parcouru par une brise douce, mais, froide, malheureusement pour elle.
Sa journée avait été comme à son habitude calme et Ran était persuadée que rien ne pourrait la faire changer. Du moins, c'est ce que malheureusement, elle pensait, oui, une rencontre.. inattendue.

Toutes ses pensées étaient troublées depuis ce jour.. Il est mort. Il ne le méritait pas. Elle n'y avait pas cru, elle refusait d'y croire. La mort de cet être si important à ses yeux.. Elle était simplement impossible.

Impossible mais réelle. Elle y pensait toujours, mais d'un autre côté, elle oubliait, selon le temps, au fur et à mesure des jours, sa nouvelle vie qui débutait, et pourquoi elle débutait, d'ailleurs. Elle ne débutait pas; elle continuait, enfin, à en ressentir tout ce que Ran ressentait, certes, c'était la conclusion que nous pouvions en donner, triste, heureuse ? Que ressentait-elle ? Elle même ne savait pas. La perte de cet être si cher à ses yeux. Toujours en avançant, elle regardait le sol, pourquoi le sol ? Car il était froid, et ses pieds, malgré sa combinaison, le ressentait. Mais le froid n'était pas réellement un ennemi, il était légèrement bienfaisant.

La paix, son corps et son esprit sont en paix, se disait-elle, souriant doucement. Elle s'était promise de continuer à vivre, et cela, quelque en soit le prix. Pour lui, pour ce qu'il lui a dit ce jour-là.
La revoilà heureuse, la tête haute et le visage souriant, éclaircit par une lueur inébranlable; la joie, la joie de vivre en Ran ! Ce sourire qu'on ne pouvait lui retirer. Du moins, plus maintenant. Ou, si jamais c'était le cas, avec maintes difficultés.

Elle s'étira d'un air vaguement fatigué. Puis s'appuya contre un mur sans doute d'une maison de la ville et ferma les yeux quelques instants. Quand elle les rouvrit, Ran hoquetas de surprise.
Se tenait devant elle.. Un homme. Un homme, qui lui ressemblait tellement, mais... Ce n'était pas lui. Du moins, elle pensait, elle espérait aussi. Pourquoi ici ? Comment...?! Non, c'est impossible.
Il était devant elle, assit sur un banc, le regard.. vide. Son regard changeait tout, il laissait penser à Ran, que cela n'était pas lui,... pas Doll.


Un, "Et si c'était lui ?" Tremblait dans son esprit. Si c'était lui, il lui ressemblait, tout était égal à ce que Ran reconnaissait, ses cheveux, son visage, son allure, sa tenue, tout. Sa peau par contre, paraissait fine, presque invisible.. Et si c'était le cas ?
Non, il n'était pas devenu un...

Ran ouvra soudainement les yeux, d'un air complètement ahuri et manquant de s'effondrer:

" D..Doll... Tu.. Non, c'est.. impo-.. "

Elle n'arrivait pas à conclure sa phrase, c'était impossible à ces yeux. Il était mort, il ne pouvait pas être là. Elle s'approcha de lui doucement et tout ses membres en tremblait..
Il était là, et il n'était...



Pas mort..


Code par ZokuPengin sur Epicode


" Soyez sélectif dans vos batailles.
Parfois, la paix vaut mieux que d'avoir raison."
Code by Joy
avatar
Messages : 23
Date d'inscription : 18/03/2016
Monsters
Voir le profil de l'utilisateur
Monsters
MessageSujet: Re: La violence des paroles du fantôme. [Feat. Doll] Lun 11 Avr - 23:34
Rei S. Doll
Menteuse.

ft.

Le soleil désertait en ce jour Viridis, ainsi que l'heure qui tournait, encore et encore, comme chaque journée, comme chaque journée oui, si ennuyeuse qu'elles ni paraissent. Pourquoi Viridis ? Alors que j'aurais pu rester dans ma chambre à Kaijuu, seul, à peut être si tel en était mon envie, dormir ou bien rêvasser, je le fais si bien.
Sauf que non, j'avais senti en moi, le besoin de marcher, profiter de la fin de journée pour prendre l'air, ne voir personne, et cela était le bon moment de la journée, rues désertes, et en même temps, cela n'était-il pas mieux ? Bien sûr que si, enfin, d'après moi, je pense. Je me suis résonné hier même, en me donnant pour objectif, de vivre mieux. Il était vrai, n'importe qui aurait pu vous le dire, que je ne fais rien de ma vie, ou plutôt de ma non-vie, car, depuis le jour de ma mort, je me sens.. vide, invisible même. C'est plus étrange que n'importe quoi, et j'aimerais me défaire de cela, malgré que je sache, que jamais je ne pourrais y arriver totalement. J'aimerais certes pouvoir sourire sincèrement aux gens, ouais aux gens, même si ils m'énervent.
J'ai eu tout au long de ma vie, droit à des mensonges. Des putains de mensonges. Tu mens, tu mens, oui, tu mens, alors, dès que je suis devenu fantôme, j'ai commencé moi même à mentir.

Pour ne pas avoir affaire aux gens. Tout simplement, car ils ne sont pas dignes de confiance, je l'ai appris tellement tôt, mais pas assez à mon goût.

Mes pieds, décollés du sol, se laissaient doucement porter par la douce brise qui parcourait, les ruelles, les ruelles sombres. Car, je préfère la nuit, le noir, les ténèbres, je ne sais pourquoi, je ne le saurais probablement jamais.
Comme j'ai eu un léger coup de fatigue d'un seul coup, chose rare chez moi, j'ai été m'installer sur un banc de la rue. Je m'y suis assis, puis j'ai fermé doucement les paupières.
Un bruit parvînt à mes oreilles. Un bruit de pas. Quelqu'un. J'ouvris subitement les yeux, sans fixer quelque chose de particulier. Qui était-ce ? Je n'en savais rien, un monstre, sûr, qui ? Bonne question. La personne semblait s'arrêter, car les bruits de pas se stoppèrent.

Dans le silence qui occupait les lieux, résonna une simple parole, qui me parut, presque imaginaire, une voix dont je connaissais la résonance, une voix que je ne voulais pas entendre, même si au fond, je le voulais, je ne savais me décider. Mon cœur raccrocha, Doll, avait-elle dit. Il n'y avait pas de doute, c'était elle. Elle semblait si, choquée. Même, effrayée. Cela ne m'étonna pas l'espace d'une seconde. Je tournais la tête vers elle, Ran. Elle, c'est bien elle. Comment je pourrais la décrire ? Si elle est ici, c'est pas pour rien non ?

Elle ne m'aurait pas menti elle aussi ? Si, je le sais, c'est tellement probable. Si elle est ici, c'est qu'elle aussi est un monstre. Pourtant, elle a tellement changé. Ses cheveux, sa tenue, ses yeux, tout, maintenant, elle ressemble vraiment à un monstre. Mais un monstre, élégant, depuis quand les monstres sont-ils laids ? Quoi qu'il puisse en être, plus jeune, elle m'avait assuré plusieurs choses.

La première, je serais toujours là quand tu auras besoin de moi.
La deuxième, je ne t'oublierais jamais.
La troisième, je suis un être comme toi, je suis une simple humaine et je ne te trahirais jamais, quoi que tu sois.

Espèce de sale menteuse. Voulais-je lui lancer, mais je la dévisagea. Elle semblait tellement effrayée de me voir, s'en était tellement... Drôle.

"Qu'est ce que tu fous ici, sale menteuse ?" Lui demandais-je, tout en relevant mon corps avec facilité, être fantôme à du bon, certes, je ne le nierais pas.
Je repris en la foudroyant du regard: "Si c'est possible, la preuve, je suis là."

Même si en réalité, je ne suis pas réellement là.
Mon âme est là, et en fait, qu'est ce que j'en ai à faire ?
Elle m'a menti, ouais, c'est ça, et moi aussi, je deviens un menteur. Toute manière, plus rien à faire, je peux mentir comme je respire si je le veux.
Qui s'intéressera de savoir si je dis vrai ?

C'est putain de drôle.






J'hante Kaijuu en #000000.

avatar
Messages : 88
Date d'inscription : 07/02/2016
Alives
Voir le profil de l'utilisateur
Alives
La violence des paroles du fantôme. [Feat. Doll]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Paroles de Jean Dominique:
» Burning Doll [Sylver & Tabata]
» Haiti Les Paroles D'un Assassin En Liberte Et Les Cris D'une Veuve En Exil !
» Gâteau des fantômes
» Cédric Diggory [ Pouffy-Fantôme ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kaijuu no gakuen :: Viridis :: Boulevards :: Ruelles sombres-
Sauter vers: